floran caval

floran

caval

FLORAN CAVAL puise son inspiration à diverses sources.
Indiscutablement au coeur de ses racines occitanes, résonne son chant plein de chaleur humaine et d’ émotions.
Sa voix polie et douce sert des textes à la personnalité affirmée, mâture où l’ humour, les traits d’esprit et la poésie sont omniprésents.
Sa guitare s’inspire de la Chanson Française, de la musique Brésilienne et du Jazz par ses couleurs harmoniques.
Ses chansons se répandent telles le meilleur des vins, porteur d’arômes et de nature.

Voilà tout ce que FLORAN CAVAL veut nous faire partager lors de ses concerts…
Des compositions abouties issues de sa remise en question et de son intérêt pour le monde qui l’entoure.

Photos

A l'écoute

  1. Riche Qui Peut Floran Caval 3:09
  2. Tabac Tabou Floran Caval 1:57
  3. Que Serai Je Demain Floran Caval 3:25

Embed

Copy and paste this code to your site to embed.

Les Mains

Y’a tant de mains sur notre terre aux attributs si différents
Qu’elles soient douces ou bien grossières, qu’elles bâtissent, prêtent serment
Maîtres d’oeuvres dans le tactile, marquant de ta griffe les gens
Main verte ou mains dans la farine, mains de tous les continents.

Photographie des caractères ces mains qui apprennent à nos enfants
D’une gestuelle héréditaire, le savoir de nos grands parents.
Mains de beurre ou toucher sensible ou main de fer invincible,
Mimine, patoche fébrile, ou bien doigté d’artisan.

Il y a certes des mains frivoles et d’autres plus assurément
Qui te donnent un coup sur l’épaule en guise d’encouragement.
Serrer la main pour dire bonjour, l’offrir comme preuve d’amour,
Tendre la main à quelqu’un et ne rien attendre en retour.

Y’a tant de mains sur notre terre aux attributs si différents
Qu’elles soient liées, en prière, qu’elles pianotent sur les écrans.
Y’en a qui répondent aux enchères, d’autres timides prennent des gants,
Y’en a qui travaillent la terre, d’autres qui préfèrent les diamants.

Faut mettre la main à la pâte, prêter main forte à ses amis,
Sans pour autant être acrobate, juste compter sur ses appuis.
Y’a ceux qui se servent des poings, d’autres qui tirent leur révérence,
Certains savent se prendre en main la volonté en référence.

Faut mettre la main à l’ouvrage, tenir les rênes des ses envies,
Prendre à deux mains son courage, allier patience et poésie.
Laisse ton empreinte mystique, virtuosité digitale,
Qu’elle soit sculptée, harmonique, architecture de cathédrale.

Y’a tant de mains sur notre terre aux attributs si différents,
Certaines à la poigne de fer, d’autres caressent les océans.
Il faut mettre sa main au feu, prendre des risques intelligents,
Montrer patte blanche à tout jeux si l’on veut rester dans le vent.

Y’a ceux qui en un tour de main volent à la tire, à l’arrachée,
D’autres ont pour eux des hommes de main qui font sauter l’anse du panier.
Certains ont le coeur sur la main, d’autres te mangeraient dedans,
Certains des mains de magicien qui font la pluie et le beau temps.

Bien qu’elles soient toute de chair, il est des mains qui sont vraiment
Marquées par diverses manières dévoilant leur tempérament.
Taper des mains pour applaudir, se frotter les mains d’impatience,
User de ses mains pour pétrir, battre la mesure en cadence.

Riche Qui Peut

C’est une histoire d’or que je vais aborder,
Le denier ou l’oseille, grisbi fric thune ou blé
C’est un conte d’écu de pèze et puis de flouze,
Un pt’i récit de banque aux allures de blues.

C’est la bourse où la vie comme une ultime voie,
Une course haut débit qui nous dicte nos choix,
Un illustre tableau de comptabilité,
Un facétieux commerce en valeur ajoutée.

Riche qui peut, aisé qui sait, sage qui veut,
Sauve qui peut, voici les faits…

Je retourne à confesse décrivant un écho,
Pourvu qu’on ait l’ivresse qu’importe le pot.
Il paraît que l’argent ne fait pas le bonheur,
En tout cas en avoir offre bien des faveurs.

Au diable l’avarice, plaie de l’enjeu social,
Des milliards pour les uns et pour les autres que dalle
D’un côté forteresses de briques et de plaques
Et de l’autre cartons en guise de baraques.

Riche qui peut, aisé qui sait, sage qui veut,
Sauve qui peut, voici l’effet…

Changeons nos habitudes occidentalisées,
Sous d’autres latitudes ils en payent les frais.
L’industrie de canailles tue la poule aux oeufs d’or
D’un revers de médaille qu’on ne distingue encore.

Dans une ère suivante nos descendants diront :
« Quelle note salée nous ont laissé ces cons ! »
Facture de ferraille et béton à crédit,
Sacré coût d’héritage et de mode de vie.

Riche qui peut, aisé qui sait, sage qui veut,
Sauve qui peut, pris sur le fait !

Tabac Tabou

Tabac tabou la cigarette
Jolie brune bien roulée
Dont l’odeur me monte à la tête
Quand je me trouve à ses côtés

Elle m’enfume, se consume
Et elle y met le paquet !
Si je l’allume elle me plume
Ça sent mauvais !

Tabac tabou la cigarette
Une jolie blonde inspirée
Et qui depuis belle lurette
Je prends plaisir à embraser

Je fréquente la mendiante
Qui tapine au PMU
L’arrogante elle me hante
Car elle tue !

Tabac tabou cette gâchette
Mèche blanche empoisonnée
Coups de cartouches qui se répètent
A des cadences enflammées

Comme arme à feu y’a pas mieux
Il suffit d’une allumette
C’est pas un jeu c’est du sérieux
Ces clopinettes.

Tabac tabou le petit mégot
Qui envahit trottoirs et chaussées
Où sont éclatés par fagots
Les petits filtres balancés

Pour polluer y’a pas mieux
Qu’un reste de cigarette
Quel dédain insidieux
Pour la planète.

Tabac tabou l’E-cigarette
Une sèche un peu branchée
Que l’on recharge à la pipette
Mais aussi par USB

Je vapote, ça clignote
Étrange effluve sucrée
Je crapote un antidote
Pour arrêter.

Cavalier Seul

Depuis que l’homme est né il fait cavalier seul,
Régissant la nature dans le sens de l’orgueil.
Il a domestiqué cette bulle terrestre,
S’en est fait une alliée qu’il a dompté en maître.

L’homme est depuis l’âge d’or comme un cavalier seul
Façonnant le décor cette terre d’accueil.
Il a fort bien construit, s’est instruit à l’usage,
Mais par trop de folie s’est forgé une cage.

Alors il entreprend sa plus grande conquête,
Les pulsions, l’inconscient. Philosophe et poète,
Il a su manoeuvrer l’écriture et la science
Sans jamais arriver à cerner son essence.

Ainsi, l’ego de l’homme se soumet à l’espoir
Camouflant le syndrome angoissant du cafard.
S’il y a un domaine où il n’est pas le roi,
Il s’agit de lui-même, de ses rêves, son émoi.

Contacts


Illustration: http://www.yoel-jimenez.com/
Réalisation: edouard.perrin@mac.com

  1. Riche Qui Peut Floran Caval 3:09
  2. Tabac Tabou Floran Caval 1:57
  3. Que Serai Je Demain Floran Caval 3:25